Le protocole IPv4 permet d’utiliser un peu plus de quatre milliards d’adresses différentes pour connecter les ordinateurs et les autres appareils reliés au réseau. Du temps des débuts d’Internet, quand les ordinateurs étaient rares, cela paraissait plus que suffisant. Il était pratiquement inimaginable qu’il y aurait un jour suffisamment de machines sur un unique réseau pour que l’on commence à manquer d’adresses disponibles.

Une grande partie des quatre milliards d’adresses IP théoriquement disponibles ne sont pas utilisables, soit parce qu’elles sont destinées à des usages particuliers (par exemple, le multicast), soit parce qu’elles appartiennent déjà à des sous-réseaux importants. En effet, d’immenses plages de 16,8 millions d’adresses, les réseaux dits de classe A, ont été attribuées aux premières grandes organisations connectées à Internet, qui les ont conservées jusqu’à aujourd’hui sans parvenir à les épuiser. Les Nord-Américains, et dans une moindre mesure les Européens, se sont partagé les plus grandes plages d’adresses, relativement peu nombreuses, tandis que les régions connectées plus tardivement, comme l’Amérique du Sud et surtout l’Asie, sont restées sur la touche.

En conséquence, il y a aujourd’hui, principalement en Asie, une pénurie d’adresses que l’on doit compenser par des mécanismes comme la Traduction d’adresse et de port réseau (NAPT) et l’attribution dynamique d’adresses, et en assouplissant le découpage en classes des adresses (CIDR).

Au vu de l’importance et de la croissance d’Internet, cette situation pose de plus en plus de problèmes. Il est de plus prévisible que la demande d’adresses Internet va augmenter dans les années à venir, même dans les régions du monde épargnées jusqu’ici, suite à des innovations comme les téléphones mobiles (et bientôt, sans doute, les automobiles et divers appareils) connectés à Internet.

C’est principalement en raison de cette pénurie, mais également pour résoudre quelques-uns des problèmes révélés par l’utilisation à vaste échelle d’IPv4, qu’a commencé en 1995 la transition vers IPv6.

Parmi les nouveautés essentielles, on peut citer :

* l’augmentation de 232 (soit environ 4 × 109) à 2128 (soit environ 2,56 × 1038) du nombre d’adresses disponibles ;

* des mécanismes de configuration et de renumérotation automatique ;

* IPsec, QoS et le multicast implémentés nativement ;

* la simplification des en-têtes de paquets, qui facilite notamment le routage.

Source : wikipedia

Identifiant :

Mot de passe :

Support - ipv6

P & C 2009 - 2016 - MDR Services - tous droits réservés - Mentions légales